Seimas et présidenceAffaires européennes au Seimas 
Page d’accueilCommuniqués de presseMédiaGlossaire parlementaireLiens utilesContacts

La Conférence interparlementaire encourage la Commission européenne à remplir son engagement en matière de développement du dialogue politique régulier avec les parlements nationaux

Jeudi, 17 Octobre 2013 EnvoyerImprimer

La quatrième et dernière session de la Conférence interparlementaire sur la gouvernance économique et financière de l’Union européenne (ci-après la Conférence interparlementaire) a été consacrée à l’assainissement budgétaire de l’Union européenne et aux réformes structurelles.

Lors de cette session sont intervenus : M. Rimantas ŠADŽIUS, ministre des Finances de la République de Lituanie, M. Eduardo CABRITA, président de la commission du Budget, des finances et de l’administration publique de l’Assemblée de la République portugaise, Mme Martine GUERGUIL, directrice adjointe du département des Affaires fiscales au Fonds monétaire international, Mme Pervenche BERÈS, présidente de la commission de l’Emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Le ministre lituanien des Finances a fait valoir que si le redressement de l’économie européenne suite à une longue récession était lent, il s’agissait néanmoins d’une « vraie croissance » qui devrait s’accélérer en 2014. Selon M. ŠADŽIUS, dans ce contexte où le taux de chômage en Lituanie et en Europe reste élevé, la création d’emplois, l’investissement dans les programmes pour les jeunes et dans l’éducation pourraient assurer la croissance durable. L’intervenant a aussi tenu à souligner l’importance des petites et moyennes entreprises dans la lutte contre le chômage.

En présentant l’expérience de la Lituanie, le ministre a souligné que le gouvernement lituanien cherchait à promouvoir la croissance économique tout en menant une politique budgétaire responsable. D’après lui, l’objectif de la Lituanie d’introduire l’euro en 2015 non seulement offrirait de nouvelles possibilités aux habitants et aux entreprises lituaniennes mais contribuerait aussi à la création de l’économie européenne commune.

Après avoir souligné l’importance de l’assainissement budgétaire et des réformes structurelles, Mme GUERGUIL a livré une analyse sur la cohérence et la simultanéité des deux processus. Elle a conclu qu’il n’était pas possible de dégager une réponse univoque et que tout dépendait du type de réformes structurelles : dans le cadre des réformes budgétaires, l’assainissement budgétaire et les réformes structurelles se complétaient mutuellement et pouvaient être menés simultanément, tandis que lorsque l’assainissement budgétaire ne relevait pas du cadre des réformes budgétaires, et notamment dans les pays qui cherchaient à mettre en place des réformes ambitieuses en matière de marchés des produits et du travail, il pouvait s’étaler sur une période plus longue et se faire d’une manière progressive.

En évoquant la stimulation de l’économie européenne, l’eurodéputée Mme Berez a attiré l’attention du public sur de grands déséquilibres macroéconomiques qui existaient entre les États membres de l’UE et sur le taux de chômage. Elle a aussi réitéré ce qui avait déjà dit par d’autres intervenants, à savoir, que la croissance et les réformes structurelles devaient présenter une dimension sociale. L’assainissement budgétaire, selon elle, ne devait pas se faire au détriment du financement des domaines importants, tels que l’éducation.

M. CABRITA s’est appuyé sur l’expérience du Portugal pour expliquer l’assainissement budgétaire de l’Union européenne et les réformes structurelles.

À la suite de la Conférence interparlementaire, les participants ont adopté par consensus un texte intitulé Contribution, qui, entre autre, note qu’en réponse à la crise économique et financière des dernières années, la gouvernance économique de l’UE a connu des changements considérables et qu’il est crucial que ces changements s’accompagnent de mécanismes adéquats pour assurer un contrôle parlementaire efficace ainsi que la légitimité démocratique et la responsabilité des nouvelles structures de gouvernance. La Contribution stipule que le renforcement de la gouvernance économique devrait impliquer davantage et en temps utile le Parlement européen et les parlements nationaux. La Conférence interparlementaire a encouragé la Commission européenne à remplir son engagement en matière de développement du dialogue politique régulier (deux fois par an) avec les parlements nationaux en ce qui concerne les questions relevant du semestre européen.

Le Seimas de la République de Lituanie, en tant que parlement de la Présidence, a aussi présenté à la Conférence interparlementaire ses Conclusions.

Pour de plus amples informations sur la Conférence interparlementaire, y compris les textes susmentionnés, veuillez consulter la rubrique dédiée à cet événement sur le site de la dimension parlementaire de la Présidence lituanienne du Conseil de l’Union européenne.

 

 

Jolanta Anskaitienė, Division des Relations publiques

Tél. +370 52396132, couriel : [email protected]

 

 


Message de bienvenue de Mme Loreta GRAUŽINIENĖ, Présidente du Seimas de la République de Lituanie


Message de bienvenue de M. Gediminas KIRKILAS, vice-président du Seimas et président de la commission des Affaires européennes


Message de bienvenue de M. Petras AUŠTREVIČIUS, vice-président du Seimas en charge de l’organisation des événements de la dimension parlementaire de la présidence lituanienne du Conseil de l’Union européenne

© Services du Seimas, 2024